Home

Voilà, premier nouvel article, je me suis dit que j’écrirai sur ce qui m’interpelle, me touche ou m’agace. Je me rends compte qu’il n’est pas difficile de m’agacer… Je n’ai qu’à suivre les actualités. Alors que le débat fait rage sur le « mariage pour tous », et si possible de façon démagogique, manichéenne et hypocrite, un réseau de prostit… Heu un groupe de filles ukrainiennes activistes investissent les médias, les manifs, secouent les féministes (enfin essaient…)

Au départ les premières informations qui me sont arrivées sont : des jeunes filles dénudées débarquant dans une manifestation se font taper sur la gueule par des membres de Civitas. Et là une montée d’indignation dans les médias, à la télé, partout… Des femmes se font battre c’est scandaleux !! (dans l’absolu ça l’est certes).

Penchons nous donc sur ce curieux phénomène. L’institut Civitas, bastion catho intégriste aux discours à haute teneur vomitive, manifeste contre le mariage gay. Quel que soit le fond de leur discours, il s’agit d’une manifestation autorisée, encadrée. Au même titre que celles du « camps adverse ».

Les Femen font irruption dans cette manifestation, habillées en nonnes dénudées, avec des phrases peintes sur le corps du genre « in gay we trust », « nudity is freedom », « fuck god » et j’en passe, aspergeant les manifestants avec des extincteurs domestiques (certes non dangereux mais sur le moment on peut comprendre la panique générée). De la provoc. Pourquoi pas, je n’ai rien contre les provocateurs même s’ils m’énervent parfois (c’est le but de la manœuvre en même temps).

La conséquence : elles se font bousculer, frapper… Surprenant ? non, je ne vois pas comment ne pas s’attendre à ce genre de réponse quand on interpelle de cette façon des extrémistes. C’était même l’effet désiré. J’ai trouvé beaucoup plus dérangeante la victimisation médiatique qui a suivi en fait. Aller provoquer des extrémistes pour jouer les victimes ensuite devant les caméras décrédibilise l’authenticité de la provocation, et rend la démarche malhonnête.

Car la moindre des choses, quand on provoque, est d’en assumer les conséquences sans les utiliser à des fins de manipulation médiatique, visant à inverser les rôles : les pauvres femmes battues par les méchants hommes intégristes. Et c’est le but de cette mise en scène.

Sans connaître réellement les Femen et à travers cette seule action, elles démarrent déjà avec un gros déficit de crédibilité.

Bon, je suis peut être mauvaise langue après tout, Caroline Fourest (qui s’est fait tabasser, jeter à terre et j’en passe, mais qui n’a pas une peau qui marque) évoquait, en faisant allusion à leurs slogans, des messages humoristiques.
femen civitas

D’accord je suis mort de rire. Terrassé par un humour dont certaines nuances doivent m’échapper (la faute aux pingouins aussi).

Bref, je respecte la provocation lorsqu’elle vise à interpeller, alerter, faire réagir, et ce au service d’une vraie revendication de fond.

Donc sur la forme on a : des filles dénudées qui font de la provocation sous couvert d’activisme « néo féministe » (le sens m’échappe encore mais bon), en cherchant le plus possible une couverture médiatique.

Le risque à trop vouloir se construire une image médiatique, est de finir par en dépendre totalement et occulter le fond (si tant est qu’il y en ait un).

Et quand je reprends leurs propos…

« On sait de quoi les médias ont besoin. Du sexe, des scandales, des agressions : il faut leur donner. Etre dans les journaux, c’est exister. C’est aussi notre seule protection face aux attaques, pendant les manifs. »

« Le fait d’avoir montré mes seins deux fois pendant des actions, ça m’a permis de pouvoir parler à de nombreux journalistes et de pouvoir dire quel type d’oppression on subit. »

« On travaille avec les caméras. On partage notre message. »

…J’ai comme un doute.

Effectivement elles travaillent. Elles ont leur camps d’entraînement au Vieux Lavoir, sont entraînées à se tenir d’une certaine façon devant les caméras, font de la gym, apprennent à éviter la police (mais bien sur).

Mais je trouve que le bas blesse. C’est tout de même le comble quand on se dit féministe d’être esclave des médias (qu’on croit contrôler, c’est d’une ironie…), et de clichés machistes/patriarcaux qu’on s’évertue à dénoncer. Si être dans les journaux c’est exister, le fait de ne pas y être les rend inexistantes et permet d’amener à la question suivante : et le fond ? les idées ? le discours ? la réflexion politique ? rien à part des boobs ??

Là ça devient tout de suite plus confus. Bon aller une petite devinette : quelle revendication est étrangère aux Femen ?

-         La prostitution

-         La corruption

-         Berlusconi

-         DSK

-         L’explosion du tourisme sexuel pendant l’Euro 2012

-         Le fascisme

-         La burqa

-         Les animaux maltraités

-         Obiwan Kenobi

C’est la fête quoi.

Donc on a un mouvement né en Ukraine, certainement subversif là bas, qui débarque en France pour donner des leçons avec, face aux problématiques féministes et sociales de la France, le regard d’une adolescente en plein dérèglement hormonal. Un mouvement fait de stéréotypes de physiques occidentaux (blondes ou brunes mais teint pale, fines…), de femmes qui ne connaissent rien à la réalité des causes qu’elles prétendent défendre, exemple :

"Muslim women ,do not obey the Sharia! Come, undress and win!". Le genre de slogan qui transpire la réflexion sur l’Islam et ses problématiques. De quoi faire pâlir Tariq Ramadan.

Enfin bref, le fond est inexistant, faute de cohérence et de crédibilité. On en revient par conséquent à ce qui reste : la forme, l’image…

Et l’image est belle dans les Inrocks : deux représentantes du mouvement si possibles très fines et bien faites (comme toutes les femmes qu’elles représentent quoi), seins nus avec leurs peintures de guerre sur le corps. Pas des photos de reportage pris dans la rue comme on peut en voir dans la presse d’actualité, non, des photos de studio, bien lisses, bien propres, avec des modèles maquillées, bien vendeuses.

Et lorsque l’auteur de l’article dans les inrocks est interrogé par rue89 sur la question ça donne : « on a choisi cette une parce qu’on trouvait intéressant ce nouveau féminisme pop. Elles sont fortes parce qu’elles vont chercher des images. Pour nous, les Femen c’était l’une des images importantes de l’année 2012. »

D’ailleurs l’ironie la plus grinçante (quoique on n’est plus à une incohérence près) est d’apprendre que la porte parole des Femen, qui militent entre autres contre la prostitution, est escort girl… C’est drôle de voir un mouvement de prostituées (ok pas toutes non plus) militer notamment contre la prostitution en se prostituant pour les médias. L’esclavage médiatique y a que ça de vrai…

Et s’il existait un obscurantisme féministe, à quoi ça ressemblerait ? une paire de seins devant une caméra pour faire oublier une réflexion confuse et quasi inexistante ?

Un peu de lecture ?

http://www.guardian.co.uk/world/2012/sep/22/femen-topless-warriors-global-feminism

http://www.liberation.fr/monde/11011794-une-annee-2011-pleine-de-combats-pour-femen#s8

http://femen.org/en/gallery/id/54

http://www.lesinrocks.com/2012/11/19/actualite/temoignage-femen-agression-civitas-11324446/

http://archivesfemmes.cdeacf.ca/documents/courants0.html#metamorphoses

http://blog.plafonddeverre.fr/post/Femen,-f%C3%A9minisme-d-un-nouveau-style

http://www.rue89.com/rue69/2012/12/23/seins-nus-les-femen-phenomene-mediatique-ou-feministe-238004

http://enfantsjustice.wordpress.com/2012/12/12/les-femen-complement-danalyse-pour-clore-le-dossier/

http://feministcurrent.com/6619/there-is-a-wrong-way-to-do-feminism-and-femen-is-doing-it-wrong/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s